La feria des champs s'est jouée de la météo… et des «antis»

 

Rieumes (31)

Le soleil a illuminé le campo avant la novillada. (à dr). les «gais rimontais» ont animé les restaurants. (Ci dessous) Vicente Soler de retour à Rieumes affronte son premier toro/Photo DDM, Didier Pouydebat «
Le soleil a illuminé le campo avant la novillada. (à dr). les «gais rimontais» ont animé les restaurants. (Ci dessous) Vicente Soler de retour à Rieumes affronte son premier toro/Photo DDM, Didier Pouydebat «

Le pire était à craindre mais la «feria des champs» de Rieumes a eu raison des caprices de la météo et s'est déroulée avec son tempo habituel et les sifflets des anti- corrida tenus à distance.

«L'organisation de trois jours de feria est une vaste entreprise avec une implication d'une équipe de bénévoles fidèles et dévoués… c'est l'essence même de l'esprit de la «feria des champs» rappelait Yves Samyn le président du club taurin de Rieumes. Il aurait été dommage que les caprices de la météo se déchaînent «Nous avons craint le pire mais finalement on s'en sort bien» commentait hier un aficionado, prévoyant sous son poncho. Et comme pour braver le ciel, le paseo avec son rituel de couleurs s'est déroulé sous un soleil radieux. André Ullas l'un des deux alguazils a cheval est venu chercher la clé symbolique du toril des mains de Jennifer Courtois- Perissé maire nouvellement élue de Rieumes et très présente sur le campo durant toute la feria. Avant l'entrée en piste de Gorja Jimenez le noviilero qui remplaça au pied levé José Manuel Garrida, des arènes abondamment remplies s'éleva le chœur des aficionados ; un vibrant «Se Canto» pour faire écho à quelques sifflets au loin, venus du camp des anti-corrida bien tenu à l'écart par les forces de gendarmerie.La pluie est venue cependant rafraîchir quelque peu l'ambiance pour le second toro de la novillada de 17h30. Vicente Soler le triomphateur de l'an dernier s'en est bien sorti malgré l'averse. Et Louis Husson le protégé de Richard Millan coupait une oreille au troisième toro, accordée par. Jean-Michel Lattes, rappelé à la présidence de l'après-midi pour remplacer Bertrand Auban et ses deux assesseurs François Fortassin et Louis Perez.N'en déplaise aux «antis» la feria a connu son succès habituel. Dès le vendredi soir le chanteur engagé occitan Nadau avait donné le ton de la tradition et de l'amour du terroir que défend «la feria des champs». Son spectacle, au cœur même des arènes, fut un pied de nez à ceux qui le conspuent sur les réseaux sociaux parce qu'il obtient ses grands succès populaires là où sont sacrifiés les toros.

Durant ce week-end, le cœur du campo de Rieumes s'est animé au rythme des bandas ; les «gais rimontais» ne rechignent pas à se balader en musique tout au long des chapiteaux bondés de convives. Les danseuses de «Al Bailar» ont initié quelques amateurs aux sévillanes. Le club taurin et le sporting club rieumois ont su cette année encore trouver les clés de la feria des champs.