A Eauze, sagesse et jeunesse

Eauze (32) - Toros

Les frères Lagravère. De gauche à droite : Michelito et André qui participera au tentadero du samedi./ Photo DDM, J.-M. D.
Les frères Lagravère. De gauche à droite : Michelito et André qui participera au tentadero du samedi./ Photo DDM, J.-M. D.

Il y a quatre ans, Eauze avait applaudi à la rencontre d'un couple, Curro Diaz, Antonio Bañuelos, l'artiste andalou, et les toros du Nord ! Dimanche, les toros d'Antonio Bañuelos reviennent dans les arènes Nimeño-II. On peut penser que Juan Bautista, avec ses dons d'artiste et sa tauromachie à laquelle il sait imprimer un rythme très lent, peut retrouver le souffle magique de Curro Diaz… Cette affiche est à la frontière du monde des sortilèges taurins, le Mexicain Joselito Adame a toujours surpris les aficionados. Son toreo, souvent fait de détails, semble s'échapper d'un rêve. Novillero, lorsqu'il était un habitué de nos arènes, on l'aimait. Il y avait un immense recours chez ce garçon, qui, en septembre 2007, avait coupé quatre oreilles à Nîmes, se hissant même au-dessus de José Tomas. Dernièrement, devant son public d'Aguascalientes, «il bousculait» Morante de la Puebla en deux magistrales oreilles. Il y a enfin le petit phénomène franco-mexicain, Michelito Lagravère. Pour certains, le cinquante-neuvième torero français ; pour d'autres, le plus jeune de l'histoire à avoir pris l'alternative. Un torero fleuri, beaucoup de grâce et cette volonté bien ancrée d'être toujours le meilleur… Cette corrida sera celle de la sagesse de Bautista et Adame et de la jeunesse de Michelito et Gines Cartagena à cheval. Ce dernier appartient à une grande dynastie du cheval. Son père, tué accidentellement quelques mois après la naissance de son fils, fut un des plus grands cavaliers du rejoneo. Après deux saisons, le jeune Gines témoigne de facultés étonnantes. Avec ses chevaux, il apportera un plus et l'intérêt d'une autre tauromachie en ouverture de cette corrida.

Il y a maintenant longtemps qu'Eauze nous a habitués à une journée taurine complète. La novillada sans picador du dimanche matin verra en piste les novillos de Jean-Louis Darré, Astarac et Camino pour le Gersois El Adureño et Diego Peseiro (école taurine de Lisbonne). El Adureño, de l'école taurine de Richard Milian, se doit de convaincre au cours de cet été.

Les arènes ouvriront leurs portes samedi. A l'issue de la procession de la Macarena, à 11 heures, aux arènes, se déroulera un tentadero gratuit de 3 vaches d'Antonio Bañuelos avec André Lagravère, Baptiste Cissé et Dorian Canto.